LA COMMUNAUTÉ CRÉOLOPHONE ET LA LANGUE D’ENSEIGNEMENT MAJORITAIRE AU QUÉBEC : yon ti braselide sou sitiyasyon elèv ki gen kreyòl kòm lang manman yo nan Monreyal an patikilye (Par Dr. Venus Darius)

Bienvenue Dr Venus Darius à la communauté LIDA! Venus Darius vient de terminer ses études doctorales à l’Université Laval. Il a enseigné le créole à l’Université d’État d’Haïti et il a eu des publications de poésie et d’articles en créole. Ses intérêts de recherche sont la langue créole et l’enseignement, la persévérance scolaire et la réussite scolaire des nouveaux arrivants haïtiens en Amérique du Nord. 

Le créole au pluriel

Le mot créole a une résonance sémantique plurielle. Dérivé du terme espagnol « Criollo », il désigne certaines communautés de la Caraïbe et de l’Amérique latine ainsi que plusieurs des langues parlées par celles-ci (Renaud, 1994). De façon générale, le syntagme créole fait référence à tout ce qui est originaire des colonies. En effet le créole renvoie à une pluralité de parlers, environ 127 dans le monde (Chaudenson, 1979). Les principales langues de base de ces parlers sont : l’anglais, l’espagnol, le français et le portugais. La carte suivante donne une idée générale à ce sujet dans le monde.

Carte des créoles

(Sources : http://www.axl.cefan.ulaval.ca/monde/famcreole.htm).

La population créolophone au Québec

Lorsqu’on parle de la population créolophone au Québec dans ce texte, cela se confine spécifiquement aux personnes qui ont pour langue maternelle le créole à base de français. À noter qu’il existe environ quinze types de créoles d’origine française, selon les informations relayées sur le site précédent.

Les créolophones à base de français au Québec sont majoritairement d’origine antillaise. Les Haïtiens composent la plus grande fraction de cette communauté immigrante créolophone, soit plus de 90%, d’après Statistique Canada (2012).  La population des élèves créolophone dans cette province du Canada se trouve dans la catégorie de ceux qui ont le plus mauvais rendement scolaire. Une situation qui est sensiblement semblable à la réalité de Brooklyn où le créole haïtien est la cinquième langue la plus parlée (Center of the Study of Brooklyn, 2010).

Ainsi, comment peut-on situer les élèves créolophones à base de français au Québec par rapport à la persévérance scolaire?

Les élèves de la communauté noire du secteur français au Québec, originaires des Antilles, qui ont le créole comme langue maternelle sont ceux qui ont un taux de diplomation plus bas (Mc Andrew, Garnett, Ledent, et Ungerleider, 2008). Ce constat est corroboré par Statistique Canada (2012) qui place la population créolophone au Québec au sommet des élèves qui connaissent un retard considérable dans leur parcours scolaire.

Yon ti envestigasyon sou elèv nan lekòl Monreyal ki gen kòd lonbrit yo antere an Ayiti

Pou konprann sitiyasyon sa a, nou konsidere twa sous done. Premyeman, nou te reyalize yon entèvyou avèk yon Ayisyen k ap anseye nan domèn fransizasyon nan Monreyal.  Nan braselide sa a, li di nou youn nan faktè ki fè anpil elèv ki fèt an Ayiti pa gen bon rezilta nan lekòl nan Kebèk se paske gen yon gwo neglijans bò kote dirijan sosyopolitik Kebèk yo konsènan sa ki gen pou wè ak gwoup kreyolofòn sa a. Kòm kreyòl ayisyen an soti pou pifò nan zantray lang fransè a, responsab bò isit yo ta panse l pa twò nesesè pou yo ta fransize elèv ki fèk sot an Ayiti yo; sa ki se yon kokenn chenn erè. Paske menm lè yo gen anpil resanblans, fransè ak kreyòl pa menm. Kreyòl pale, kreyòl konprann, men kreyòl pale fransè pa toujou konprann. Si yon opinyon nou pa demanti ditou daprè eksperyans nou.

Dezyèmman, nan lide pou n verifye fòs temwayaj anseyan fransizasyon an, nou te pale avèk kèk Kebekwaz ki marye ak Ayisyen. Yo fè n konnen yo gen anpil difikilte pou yo kominike avèk manman ak papa mari yo lè yo ta vle fè yon ti pale avè yo, sitou sila yo ki pa gen yon wo nivo edikasyon.

Twazyèmeman pou n fini, patisipan Monreyal nou te tande nan rechèch tèz doktora nou an (Darius, 2016) te pataje avèk nou difikilte plizyè nan yo te geyen pou konpran fransè lè yo te fèk rive isit, aprè gouvènman Kanadyen an te fin ba yo bon jan papye pou yo viv nan peyi a tout tan gen tan, sa vle di « kat rezidans pèmanan ».

Considérations finales

En résumé, en dépit de plusieurs niveaux de ressemblance qui existent entre le français et le type de créole en question, il s’agit de deux langues à part entière avec des caractéristiques distinctes. Les élèves créolophones nouveaux arrivants doivent être l’objet de mêmes encadrements ou presque en termes de francisation que tous les autres jeunes immigrants de première génération qui ont d’autres langues maternelles dans leur profil identitaires. Sinon ils resteront au premier plan des décrocheurs et de ceux qui ont des retards considérables dans leur parcours scolaire.

Références 

Center of the Study of Brooklyn. (2010b). Youth in Brooklyn: Demographic, economic, education and risk behavior data for youth age 7-21. Moving Mountains, Inc.  Repéré à www.studybrooklyn.org.

Chaudenson, R. (1979). Les créoles français. Paris, Fernand Nathan.

Darius, V. (2012). Éducation, créole et multilinguisme en Haïti (yon ti kout je sou refòm Bèna a). Montréal, KEPKAA, www.moisducreole.ca/general/dariu/.

Darius, V. (2016). La persévérance scolaire des immigrants haïtiens de première génération au Québec et à New York. (Thèse de doctorat inédite), Québec, Université Laval.

Mc Andrew, M., Garnett, B., Ledent, J., & Ungerleider, C. (2008) La réussite scolaire des élèves issus de l’immigration une question de classe sociale, de langue ou de culture ? Éducation et Francophonie, www.acelf.ca.

Mc Andrew, M., Ledent, J., Murdoch, J., & Ait-Said, R. (2012) La réussite scolaire des jeunes canadiens issus de l’immigration. Québec, Centre Métropolis du Québec : Immigration et métropoles, no 47.

Renaud, A. (1994). Palè Kreyòl : Manuel d’apprentissage du créole à l’usage des francophones. Québec, Garneau-International.

Statistique Canada (2012). Série « perspective géographique », recensement de 2011. Produit no 98- 310- XWF2011004 au catalogue de Statistique Canada. Ottawa, Ministère de l’Industrie.  Repéré à  www.statcan.gc.ca.

Advertisements

One thought on “LA COMMUNAUTÉ CRÉOLOPHONE ET LA LANGUE D’ENSEIGNEMENT MAJORITAIRE AU QUÉBEC : yon ti braselide sou sitiyasyon elèv ki gen kreyòl kòm lang manman yo nan Monreyal an patikilye (Par Dr. Venus Darius)

Join the conversation below!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s